Un endroit magnifique, havre de paix et paradis des oiseaux, c'est le parc ornithologique de Pont de Gau, à 2,5 km des Saintes Marie de la Mer.

C'est André Lamouroux, un arlésien amoureux de la Camargue qui en a eu l'idée dans les années 40; Le parc a ouvert en avril 1949 et peu de visiteurs s'y précipitaient. Au départ c'était plus un sanctuaire pour oiseaux blessés, que l'on soignait, et donc il a fallu construire des volières; 1, 2 puis 3,4 etc. Au début du parc et jusqu'en 1972, on ne pouvait voir que des oiseaux en cage.

A la mort de son père, son fils René reprend les rênes du parc, agrandissant les volières; le vieux parc est démoli en 1976. Possédant deux marais de chasse à l'est de l'ancien parc,  il a alors l'idée de les aménager autrement, pour en faire des espaces protégés et de faire circuler les visiteurs au milieu des marais pour voir les oiseaux non plus en volière, mais en totale liberté. Il a imaginé le parc tel qu'on peut le voir aujourd'hui, mais au début pas un seul oiseau en vue! Et toujours ces grandes volières.

Au bout de 7 à 8 ans, les volières s'ouvrent progressivement, d'abord les côtés, puis les toits. Il a fallu du temps, pour que les oiseaux comprennent qu'ils étaient libres et les oiseaux sauvages ont commencé à arriver, attiré par la nourriture des oiseaux soignés. Les oiseaux ont commencé à nicher, à rester. Les volières ont alors été démontées.

Avec le temps, les oiseaux se sont habitués à voir le monde, c'est le seul endroit en Camargue où on peut les approcher d'aussi près, sans qu'ils s'envolent.

Au rythme des saisons, on peut ainsi voir diverses espèces d'oiseaux et de mammifères, certaines en grande quantité, d'autres moins.

Le parc a été conçu pour permettre aux visiteurs d'approcher au plus près les oiseaux, sans les dérangers. Des chemins sont aménagés ainsi que de nombreux observatoires tout au long des 3 circuits. Des panneaux pédagogiques sont installés dès l'entrée du parc afin de sensibiliser le public à la protection de la nature et de l'environnement. Dès l'accueil, on nous donne des conseils pour la visite, des tuyaux sur les oiseaux présents. Chaque personne travaillant sur le parc est capable de répondre aux questions des visiteurs.

Deux mondes se côtoient sans se rencontrer: les chemins empruntés par les visiteurs et les marais où vivent les oiseaux!

Source: Born to be a bird - Pont de Cau, sentiers de découverte Camargue.

Le parcours du parc. Nous avons fait les 3 circuits. Les deux premiers, très fréquentés, autour de 2 marais, le troisième plus sauvage.

1 parcours

Quelques uns des tableaux

2panneaux

3panneaux

4panneaux

Place aux princes du parc, les plus nombreux: les flamands.

J'ai ainsi appris que contrairement aux idées reçues, ils ne se nourrissent pas de crevettes rose! Ils consomment des invertébrés aquatiques, leurs larves et leurs oeufs, mais aussi des graines et des plantes aquatiques. Ce n'est qu'entre avril et septembre, durant la mise en eau des marais salants, qu'ils consomment les fameux "artemias".

5flamands

6flamands

7flamands

8flamands

12flamands

Gros plan

9 flamands

10 flamands

un équilibriste et des juvéniles

11flamands

Autre grosse colonie, les hérons, les garzettes et grandes aigrettes, tout mélangés.

13 hérons

14 hérons

certains sont perchés

15 hérons

17 perchés

d'autres en vol

18 en vol

Quelques rares cigognes

19 cigognes

et tiens, des connaissances! Les ragondins! Ceux là ne sont pas farouchent, ils se laissent approcher, il y en a même un qui est sorti de l'eau à mes pieds pendant que je photographiais les flamands et qui a traversé tranquille le chemin pour aller de l'autre côté.

20 ragondins

21 ragondins

22 ragondins

Du côté du 2ème marais, c'est surtout le domaine des aigrettes, garzettes et encore des hérons cendrés.

16B mélange

16 mélange

20190911_164648

20190911_164438

20190911_164545

Nous empruntons la passerelle n°10 et arrivons sur le 3ème circuit, beaucoup plus sauvage celui là. De nombreux observatoires nous permettent d'observer de petits échassiers, plus lointains, tous occupés à manger.

des avocettes

25 avocettes

24 avocettes

23 avocettes

des chevaliers arlequins

27 chevalier arlequins

26 chevalier arlequins

une galinette ou poule d'eau

28 poule d'eau

Chevalier aboyeur

29 chevalier aboyeur

et cette gracile remiz penduline

30 remiz

Ainsi se termine notre visite. Dommage je n'ai pas vue de spatules ni de grande échasse. J'y retournerai avec grand plaisir à d'autres saisons pour essayer de voir d'autres oiseaux.

En tout cas je me suis régalée, j'étais au paradis des oiseaux!! Un merveilleux endroit, où  nous sommes au plus près de la nature, pour l'observer et la comprendre. Ce qui nous donne à réfléchir sur notre comportement, vis à vis de notre planète en grande perdition. Est-il encore temps de réparer nos dégâts?

Tout au long de notre balade on se demande aussi qui observe qui??

Si vous passez dans le coin prenez le temps de vous arrêter et de découvrir ce parc, vous ne le regretterez pas.