Avant de gagner Gagnières, nous avons fait une petite halte à St Ambroix pour aller voir le fameux Dugas.

St Ambroix est une ville médiévale, occupée par les celtes et les romains qui ont laissés beaucoup de traces. Ville fortifiée au Moyen Age, elle va devenir un carrefour commercial doté d'un marché hebdomadaire dont les origines remontent à 1363(faveur royale du roi Jean II le bon).

La cité qui devint une place forte protestante durant les guerres de religion,voit se développer une industrie textile liée à la culture du ver à soie au 19è. La dernière filature fermera en 1958.

DSC_6916

Ses ruelles

DSC_6925

DSC_6915

DSC_6920

DSC_6926

DSC_6927

Depuis l'antiquité, St Ambroix a grandi au bord de la Cèze. De l'époque celte, il reste sur l'oppidum, nommé plateau du Dugas,lieu de culte dès l'antiquité, le mystérieux "autel des sacrifices".

DSC_6959

DSC_6960

DSC_6961

DSC_6963

A l'opposé, une chapelle du 19è ainsi qu'une tour carrée, vestige de la 1ère église détruite en 1560.

Cette tour porte la cloche de l'ancien temple brisée par les catholiques et refondue pour un évêque intégriste à l'époque de la révocation de l'Edit de Nantes.

DSC_6931

DSC_6928

DSC_6929

DSC_6930

Perchée à 40 mètres de hauteur, s'élève la chapelle du Dugas. La 1ère chapelle a été détruite en 1560 quand la population est devenue protestante.

La nouvelle chapelle est l'oeuvre de l'Abbé Salignon, curé de 1857 à 1869. A cette époque, il n'y avait plus qu'une terre à mûriers,le château seigneurial ayant été rasé et les fortifications démantelées sur ordre de Louis XIII en 1629.

L'abbé racheta les ruines du Dugas et fit construire une chapelle aux allures de forteresse. Le bâtiment est de style roman crénelé de toutes parts avec une grande tour et quatres tourelles. La grande tour porte au sommet une statue de la Vierge, inaugurée par Monseigneur Plantier le 19 octobre 1868.

DSC_6932

DSC_6935

DSC_6940

DSC_6949

DSC_6958

DSC_6933

DSC_6934

DSC_6937

De là haut nous avons une superbe vue sur la vallée, les toits de la ville et la fameuse tour Guisquet.

DSC_6939

DSC_6943

DSC_6965

DSC_6967

La 1ère chose que l'on voit en arrivant en vill et qui intrigue, c'est la tour Guisquet.

C'est une construction circulaire, faite de briques patots posées à plat. Elle est percée de 4 ouvertures de formes ogivalse et surmontée d'une couronne crénelée.

Jacques Vincent Guisquet acheta en 1780 la métairie de Fabiargues au baron Séguier. Dans ce domaine était inclus le rocher sur lequel sera construit la tour.

Vers 1850, ce rocher fut l'objet d'une procédure entre les familles Guisquet et Manifacier qui en revendiquaient toutes les deux la propriété. Le jugement trancha en faveur de Mr Guisquet, qui fit construire la tour pour témoigner devant la population de sa victoire.

DSC_6938

DSC_6948

Nous quittons le Dugas pour redescendre en ville, en passant par la porte Ste Catharinette

DSC_6971

DSC_6972

DSC_6975

Au bout du chemin, ce très beau trompe l'oeil

DSC_6980

DSC_6981

DSC_6982

DSC_6983

Plus loin la fontaine des 4 canons (aucune explications)

DSC_6986

DSC_6987

L'église Sainte Ambroisine, fermée et dont je n'ai pas trouvé non plus beauoup de documentation.

En 1854, le conseil de fabrique demande au conseil municipa de voter des crédits pour agrandir l'église devenue insalubre et trop petite, mais il faudra attendre 1892 pour que les travaux commencent. On construit une nouvelle église dans laquelle on intègre le choeur de l'église du XVIIè. La nouvelle église est consacrée le 5 décembre 1896.

DSC_6995

DSC_6996

DSC_6998

DSC_7001

DSC_7002

DSC_7003

Et nous finissons par le temple protestant.

Le 1er temple fut construit en 1574, il avait la forme d'un rectangle surmonté d'une tour avec une cloche.

En 1682, l'évêque d'Uzès veut le détruire se basant sur une irrégularité de la construction de l'église réformée locale. Les protestants réussissent à sauver leur temple, mais celui ci sera détruit en 1685 année la révocation de l'édit de Nantes. Les protestants brisent leur cloche. Les catholiques récupèrent le bronze et fondent une nouvelle cloche qu'ils installent  sur la cour de l'horloge en 1687.

En 1807, le consistoire veut construire un nouveau temple et cherche un autre terrain. Mais les crédits ne seront pas votés.

En 1820, le conseil presbytéral est autorisé à bâtir un nouveau temple. Il a la forme est d'un quadrilataire et la hauteur d'une maison à deux étages. Deux portes en pierre de taille dure ornées de pilastres, des fenêtres cintrées et un petit clocher. Il sera inauguré en mars 1822.

DSC_6912

DSC_7011

DSC_7012

DSC_7013

St Ambroix est une très jolie ville médiévale à découvrir. Notre éjour étant trop court nous n'avons pu faire les filatures, mines et moulins; ce sera pour une prochaine fois.

Un seul regret: pas d'explications sur le passé historique de la ville et très peu sur ses monuments, même sur le net. C'est dommage.

Pour finir, voici la légende du "Volo Biou"

"Il y a fort longtemps, la récolte du raisin étant plus qu'abondante, le vin se piqua. Catastrophe sans précédent pour la population, qui est passée des lamentations au mécontentement.

Le consul eut alors une idée: on annonca dans toute la région qu'un boeuf volerait à St Ambroix.

Les gens vinrent par milliers voire défiler le boeuf superbement arnaché sous une haleur torride!!! Seule boisson possible: le vin!!.

Aussi quand le boeuf s'envola des hauteurs du Dugas, il ne restait plus une goutte de vin!!"

Bonne visite!