Après la visite de la vile, place à une bonne grimpette de 45 minutes, pour aller au fort Libéria à 180 mètres plus haut et prendre une leçon de stratégie militaire.

DSC_5156

DSC_5157

Pour y arriver, nous passons le Pont St Pierre, véritable cordon ombilical reliant le Fort à la ville.

DSC_4953

DSC_4957

DSC_4964

Le fort liberia a été érigé par Vauban à partir de 1681, à flanc de la montagne Belloch, pour empêcher l'ennemi d'occuper cette position stratégique. Sa fortification irrégulière épouse parfaitement le relief montagneux. En temps de paix, il accueillait entre 50 et 100 hommes et avit un fonctionnement autonome en cas de siège.

DSC_4950

Entre les deux, la batterie intermédiaire mise en place en 1843 domine la ville d'une soixantaine de mètres. Elle était destinée à faire barrage au 3 seules "avenues" qui mènent à Villefranche, en cas d'attaque: en provenance de Mont Louis, de Prades et de Corneille de conflent

DSC_4949

Dès 1850 est lancée la construction de la galerie souterraine prévue par Vauban. Elle sera réalisée en 3 ans. Taillé à 70% dans la roche, elle est appelée "l'escalier aux 1000 marches" mais n'en compte que 734. C'est d'ailleurs par là que nous redescendrons en ville.

20200113_152537

20200113_152545

Après un bonne grimpette bien ardue et tout en tournant, nous voilà enfin arrivés au pied du fort.

DSC_4971

DSC_4972

DSC_4973

DSC_4976

il ne reste plus qu'à franchir le pont levis et nous débuterons la visite. Comme nous sommes les seuls, nous avons le fort pour nous tout seuls, ce qui est fort appréciable!!

DSC_4977

Un peu d'histoire:

Bâti sur un éperon rocheux, le Fort Libéria est une forteresse du XVIIIè qui domine et protège Ville franche de Conflent.

En 1659, le traité des Pyrénées va définir la frontière entre la France et l'Espagne. La Catalogne est coupée en 2; le confluent devient français; Villefranche, capitale de la région, déjà fortifiée est une porte importante entre les Vallées de la Têt, du cady et de la Rotja. Mais sa position encaissée permet mal sa défense et la rend vulnérable.

Vauban décide la construction de Fort Liberia à flanc de montagne afin de commander la cité et surveiller les accès convergent à Villefranche.Il est bâti sur 3 niveaux.

Le fort sera remanié au 19è avec l'adjonction de 3 bastions avancés sur les 3 vallées et la construction du souterrain dit:  aux 1000 marches.

Plan de la visite

DSC_4981

1er niveau: le chemin de ronde

DSC_4979

Le chemin de ronde est bordé de balustres en fer forgé catalan. Le minerai extrait du Canigou et travaillé selon le procédé de la forge catalane avait la réputation d'être très maléable et de très peu rouiller. C'est pourquoi, après 3 siècles d'existence et très peu de peinture, il est dans un état de conservation exceptionnel.

La construction de la muraille avec la pierre qu'on trouve sur place contient beaucoup de marbre rose, abondant dans le massif calcaire de Belloc. Le haut de cette muraille est lui en briques, car dans ce matériau tendre, la balle ennemie va s'écraser et non pas ricocher, offrant ainsi une meilleure protection aux soldats.

DSC_4986

DSC_4987

Les échauguettes sont placées à chaques pointes, limitant les angles morts. D'un simple coup d'oeil on a vu sur les 3 vallées et la cité

DSC_4988

DSC_4989

DSC_5134

2 portes percées dans la muraille intérieure permettent d'accéder au 2ème niveau, ou se trouve les casernes. L'endroit est armé de bouches à canons et de meurtrières. Ainsi en cas d'intrusion, l'armée peut contre attaquer.

DSC_4997

DSC_4992

DSC_4993

DSC_5007

DSC_5006

La plus grande des casernes abritait les hommes de troupe et à la 1ère guerre mondiale on y enferma les officiers allemands.

DSC_4996

Le 3ème niveau est le plus vulnérable. Pour le protéger, Vauban donnera à l'arrière du fort, la forme d'une pointe afin que les boulets ricochent. Il fera entre le 2ème et le 3ème niveau, un mur de refend épais et très haut qui protège le fort des boulets. Il creusera un profond fossé et ajoutera une galerie de défense dans la contrescarpe, rendant ainsi toute manouevre ennemie impossible, sans être pris à revers.

DSC_4998

DSC_5000

DSC_5004

L'accès à cette galerie se fait par 2 escaliers. Après le passage sous le fossé, on pénètre dans la galerie.

DSC_5008

DSC_5009

DSC_5010

De part et d'autre, le magasin de munitions et la réserve de poudre.

DSC_5012

DSC_5013

La galerie est dotée d'un système de chicanes et les portes placées en quiconce empêche le tir en enfilade.

DSC_5020

DSC_5022

DSC_5023

DSC_5024

La poudre noire fait beaucoup de fumée. Vauban va inventer deux systèmes de ventilation.

Face au fort, il fait une aération au dessus d'une meurtrière sur deux, tandis que dans l'enfilade des fossés, il fera une aération au dessus de chaques meutrières.

DSC_5011

DSC_5018

DSC_5019

Pour finir, quelques autres vues du Fort

DSC_5133

DSC_5068

DSC_5135

Maintenant que vous savez tout du génie militaire de Vauban, il me reste à vous montrer quelques reproductions fidèles de la vie au Fort Liberia.

A suivre donc.....