Jour de marché à Auch ce jeudi, par une belle matinée douce et ensoleillée.

Quelques photos prises sur le vif

20141120_133954

20141120_133957

20141120_134001

20141120_132843

20141120_132840

 

20141120_132819

20141120_132730

 

Et mon petit bout qui était un peu grognon à cause d'une vilaine angine.

20141120_134017

 

Et j'ai découvert une spécialité très intéressante: le rocher des pyrénées ou gâteau à la broche

20141120_133723

20141120_133715

20141120_135753

 

Voilà ce que j'ai trouvé sur le net, car j'étais curieuse de sa fabrication

Le gâteau à la broche ou Rocher des Pyrénées

L'origine du gâteau à la broche est très controversée. Une tradition l'attribue au maître pâtissier du roi de Prusse qui l'aurait créé dans les années 1790 à Salzwedel. Il aurait été ramené en France par les armées de Napoléon de retour du Caucase. Il fut tout de suite adopté par les populations rurales des Pyrénées. Il était traditionnellement préparé pendant les soirées d'hiver. Mais c'est surtout un gâteau de fête qui sert à saluer les grands événements de la vie : mariages et baptêmes. Il peut se consommer seul ou accompagné de confiture ou de miel. On l'appelle encore "gâteau de la mariée ou de la bergère".

Ce gâteau est aussi présent en Aveyron et en Aubrac. Il est connu dans plusieurs pays d'Europe : en Angleterre "king of cakes - roi des gâteaux", en Allemagne "baumkuchen - gâteau arbre" en Suède "spettekaka", en Pologne, en Lithuanie "šakotis" et au Luxembourg. Il est aussi devenu très populaire au Japon.

Son apparence en tronc de cône pourvu de "piques" est due à son mode de préparation. La pâte liquide est versée sur une broche de forme conique, tournant plus ou moins rapidement à proximité d'une source de chaleur. En cuisant, la pâte se solidifie formant autour de la broche un anneau prolongé par des excroissances en stalactites. Le processus est répété, sans interruption, de manière à constituer le gâteau couche après couche. Pour le consommer, il faudra le découper horizontalement du haut vers le bas révélant ainsi les anneaux plus ou moins dorés caractéristiques de la cuisson.

http://moulindelamousquere.pagesperso-orange.fr/pages/broche.htm

 

prepa4

prepa5

cuisson01

cuisson02

cuisson03

 

Pour réaliser le gâteau, il faut un mandrin conique de 25 à 30 centimètres de haut, d'un diamètre d'environ 15 centimètres à sa base, en hêtre ou en châtaignier, fixé au centre d'une broche.

Le cône, enrobé de papier sulfurisé, est installé sur le tourne-broche... puis placé devant le feu de cheminée pour être chauffé une dizaine de minutes. La cuisson peut ensuite commencer...

La pâte est lâchée progressivement, avec délicatesse, par couches légères et successives... La broche est tournée régulièrement... lentement ou rapidement selon l'intensité du feu... à l'endroit ou à l'envers pour redresser les "piques"... en avant et en arrière, en léger balancement, pour rattraper la cuisson d'un côté du gâteau...

Et je peux vous dire que c'est un régal, on dirait un sablé moelleux croisé avec une gaufre. Bon par contre c'est quand même cher: 16€ pour mon morceau de 480 grammes!!