Journéee "nana" hier, avec mon amie Isabelle, que j'essaie de voir à chaque fois que je monte sur Paris; pas toujours facile vue qu'elle travaille encore! Mais cette fois ci était la bonne.

Après un très bon déjeuner dans un restaurant japonais, petite ballade digestive entre le Forum des halles, Beaubourg, un petit tour dans le quartie gay de Paris, un passage devant l'Hôtel de Ville et retour aux halles.

ff238480-9971-47fe-a316-463c2adf446c

Le forum, de nos jours

DSC_2800

DSC_2810

DSC_2720

 

Les Halles de Paris était le nom donné aux halles centrales, marché de vente en gros de produits alimentaires frais, situé au cœur de Paris, dans le 1er arrondissement, et qui donnèrent leur nom au quartier environnant. Au plus fort de son activité et par manque de place, les étals des marchands s'installaient même dans les rues adjacentes.

Elles sont le décor principal du Ventre de Paris d'Émile Zola.

Ce vaste marché qui s'y tenait jusqu'au début des années 1970 a été remplacé aujourd'hui par un espace vert (le Jardin des Halles), un centre commercial souterrain (le Forum des Halles) et par de nombreux espaces consacrés aux loisirs (piscine, cinéma). Pour l'histoire complète des Halles, je vous invite à aller sur Wikipédia.

Voici quelques photos ancienne prises par le photographe Thomas McAvoy pour le magazine LIFE en 1956, trouvées sur le site: un jour de plus à Paris.

anciennes-halles-paris

les-halles-paris-1956-bouchers

les-halles-paris-autour-de-saint-eustache

les-halles-paris-magazine-life-1956

Sur celle de dessous, on voit les diverses halles et la pavillon Baltard

les-halles-paris-pavillons-baltard

photo-les-halles-paris-1967

et la construction du RER en avril 1976

chantier-RER-forum-halles-1976

Revenons à notre époque, un passage dans le jardin Nelson Mandela

DSC_2811

DSC_2801

DSC_2803

DSC_2806

Nous resterons un bon moment dans la boutique LEGO

Reproduction de l'église Ste Eustache

DSC_2812

DSC_2814

DSC_2815

DSC_2816

l'Arc de triomphe

DSC_2813

DSC_2817

DSC_2818

et autres

DSC_2819

DSC_2820

DSC_2822

Un passage dans la boutique "La Droguerie" qui fait le bonheur de celles qui cousent, crochètent, tricotent et perles. (zut j'ai pas fait de photos), puis la fontaine des innocents (je ferai un article plus complet prochainement)

DSC_2826

DSC_2827

direction le quartier gay avec au hasard

DSC_2831

un superbe trompe l'oeil

DSC_2833

DSC_2834

une façade art décos

DSC_2835

un panneau très coloré

DSC_2836

ces statues vertes

DSC_2837

de vieux bains douches toujours en service

DSC_2839

et nous arrivons à Beaubourg que je trouve toujours aussi moche

En 1969, le président Georges Pompidou décidait de la création d'un musée vouée à l'art moderne, qu'il voulait accessible au plus grand nombre.

Robert Bordaz est nommé délégué pour la réalisation. Les projets de Renzo Piano (italien) et Richard Rogers (anglais) sont retenus.

Ce projet élaboré en 1971 donne naissance à une construction originale ou l'espace intérieur est totalement utilisable et modulable, les organes téléphoniques et les tuyaux étant rejeté à l'extérieur.

Les travaux débutent le 3 novembre 1975, le bâtiment ouvre le 31 janvier 1977.

Le nom de Beaubourg vient du quartier qui était désigné par le nom de "Beau Bourg".

DSC_2838

La fameuse fontaine Stravinsky, oeuvre de l'artiste Nicky de Saint Phalle, que j'adore et de son mari Jean Tiguly. Mélange de sculptures et d'automates qui auraient bien besoin d'être restaurés; les peintures ne sont plus très fraîches et les automates ne fonctionnent plus.

DSC_2848

DSC_2850

DSC_2841

DSC_2842

DSC_2843

DSC_2849

DSC_2853

DSC_2855

une fresque représentant Salvadore Dali

DSC_2854

Même à Paris je trouve des mouettes

DSC_2845

DSC_2847

DSC_2852

L'hotel de ville (photos que j'ai prise en octobre)

DSC_0140

Et retour aux Halles en fin d'après midi.

dernières photos du Pied de cochon, célèbre restaurant du temps des anciennes halles, toujours là

DSC_2857

DSC_2858

DSC_2859

DSC_2861

DSC_2862

Et il est temps de se séparer, après une journée bien remplie, riches en surprises et découvertes, comme chaque fois que je ballade avec Isabelle.

Il faudra que je revienne dans ce quartier, car il reste encore pas mal à voir tout autour.