Une quarantaine d'oeuvre diverses: tableaux, aquarelles, poteries, masques, sont actuellement exposées à la maison de la culture.

Une exposition très particulière car il s'agit d'oeuvres de détenu(e)s à la prison de Nuutania.

Majo Sotomayor intervient au sein de la prison depuis maintenant 13 ans en tant que professeur d'arts plastiques, dans la section des femmes:

"on sent beaucoup de nostalgie dans leur travaux. Il y a aussi des choses très personnelles. Elles se sont interrogées sur leur visage d'aujourd'hui et celui qu'elles auront à leur sortie"

034

 

Depuis 1995, le service pénitentiaire d'insertion et de probation de la Polynésie française, met en place des activités de création.

Yvan Colin le directeur explique:

"cela occupe intelligemments les détenus. Ces activités permettent de mieux se connaître et d'évoluer. Durant leur détention, la société évolue, ils doivent donc aussi évoluer car ils sortiront un jour. Ils sont fiers  du rendu et ils prouvent qu'ils peuvent arriver à faire quelque chose de positif."

A travers  ces activités, les détenus s'expriment, communiquent et vont chercher au fond d'eux même des émotions, des réponses. Un moyen aussi de les mettre en valeur et de leur redonner confiance.

Dans les diverses oeuvres présentées, il y a tout un mur des masques. Impressionnant et émouvant, car les détenus ont moulé l'argile directement sur leur visage, puis ont travaillé dessus.

Dominique Roy intervient dans la section des hommes:

"on sent l'émotio; en créant, quelque chose sort d'eux, cela les rends differents"

Source Hiro'a  de mai 2017

J'ai adoré les peintures des femmes, pleines de couleur et de sensibilité.

024

025

026

027

028

 

031

029

030

Les aquarelles des hommes

020

021

022

023

Les poteries

001

002

003

007

Nuutania

Nuutania1

et le mur des masques.

C'est ce qui m'a le plus impressionné; çà m'a carrément pris aux tripes!! Il y en a un qui m'a mis les larmes aux yeux, celui aux lèvres scellées.

017

018

019

Nuutania2

Nuutania3

Nuutania4

Voilà; je dois dire que c'est la 1ère fois qu'une exposition me remue à ce point.

Peut être parce que ce sont des oeuvres d'hommes et de femmes privés de liberté pour ce qu'ils ont fait? J'ai ressenti à la fois de la détresse, de la souffrance mais aussi un fol espoir de jours meilleurs.

Ce que je leur souhaite de tout coeur.

Jeudi