Depuis une semaine s'est ouvert le salon des marquises que je n'aurais raté pour rien au monde.

A mes yeux l'art marquisiens est le plus beau de toute la Polynésie. D'ailleurs les tahitiens ne s'y trompent pas; ils raffolent de tous ces objets et sculptures et en sont très friands; il n'y a qu'a voir la vitesse à laquelle les stands se sont vidés durant le week end dernier.

Tout y est magnifique: la finesse des sculptures sur bois, pierres os, la délicatesse des couronnes , les colliers,les tapas. Bref je ne savais plus où donner du regard et comme à mon habitude j'ai fait des centaines de photos. Difficile de choisir quoi vous montrer, j'espère que mon petit diaporama saura rendre la beauté et l'étendue du savoir faire marquisien.

AFFICHE-40X60-SALON-NOV2016-tapa-fabric-683x1024

Aux Marquises, les tupuna (ou Tuhuna en langue tahitienne, les ancêtres), spécialistes de la sculpture avaient une place particulière et relativement prestigieuse dans la société. Ils alliaient le sacré et le fonctionnel et intervenaient dans toutes les activités de la société telles que l’architecture, la magie, la technique, l’art ou la religion. Le tupuna recevait ce don des dieux et entretenait cette relation avec eux. Ils créaient des objets sacrés et servaient un ou plusieurs divinités.

Autrefois, les objets sculptés rassemblaient les objets liés à la guerre (massues ou casse-tête - uu, lances), des objets pour le jeu (échasses, tambours), des objets de prestige ( bâtons de commandement, chasse-mouches, éventails, os humain en forme de tiki - ivi po'o), des objets sacrés (sculptures d’animaux, représentations de l’homme – tiki ou ti'i) et des objets du quotidien (pilons, plats -umete et récipients, tabourets).

Les sculptures en bois:

bois de rose, noyer, aito, coco... Il faut 10 ans de séchage du bois puis un traitement contre les insectes avant de pouvoir le travailler

bois

Les sculptures sur pierre:

Les marquisiens utilisent de la roche volcanique, la pierre fleurie que l'on ne trouve que sur l'île de Ua Pou. La forme est dessinée sur la pierre puis l'artisan la façonne à son idée.

pierre

 

Les sculptures sur os: boeufs, chevaux, chèvres, rien ne se pert. Les os passent par plusieurs lavages, puis ils sont séchés au soleil avant d'être minutieusement poncés. Seulement après ces opérations on peut les graver.

os

et aussi sur dos et rostres d'espadon

espadon

Les tapas

Le tapa (kahu en marquisien) désigne les étoffes en écorce de bois. Les tapa étaient autrefois confectionnés par la femme. L'écorce est retirée du tronc de certains arbres spécifiques : banian (aoa), mûrier à papier (ute) ou arbre à pain (tumu mei). La partie interne de l'écorce est alors conservée pour être battue au moyen de battoir en bois pendant plusieurs heures, jusqu'à obtenir une étoffe relativement fine. Cette étoffe est amidonnée pour être davantage rigide. Le tapa peut être impregné de pigments naturels pour obtenir une teinte différente, généralement le jaune. Le tapa est aujourd'hui décoré à l'encre de motifs marquisiens, souvent inspirés des tatouages ou des scènes de vie quotidienne.

tapas

Les couronnes:

si aériennes, si gracieuses, si légères; elles sont faite en tressant des racines de vétiver,parfois coloré en les trempant dans le gingembre et le curcuma. Les fleurs sont faite en tapas. J'avoue que c'est ce que j'ai le plus aimé, tant le travail est minutieux

couronnes

Les colliers:

contrairement aux tahitiens, les marquisiens ne travaillent que peu la nacre et les coquillages. Ils se servent de ce que la nature leur offre et qu'ils ont à porté de main: les graines. Toutes les graines sont bonnes pour faire de jolis colliers, mais attention!!! certaines sont toxiques, voir mortelles!! Mieux vaut ne pas mettre son collier à la bouche, ni le tripoter.

Tamanu, palmier, oeil de chèvre, bois noir, noix de bancoul, flanboyant...... servent à la confection des parures que revêtent les danseuses et danseurs, ainsi qu'à la confection des colliers .

colliers

Et pour vous donnez un tout petit, petit aperçu de l'exposition, mon diaporama

Pour tout vous dire, j'y suis allée deux fois!! Et en plus j'ai même pu acheter de la fibre de coco et des graines pour tresser mes colliers.

Capture d’écran 2016-10-12 à 09