Nous sommes allés au Musée Cernushi pour voir l'exposition: le Japon au fil des saisons; Mais à cause de ma bronchite qui m'a tenue allitée quelques jours, nous l'avons raté; Nous nous sommes rabattus sur l'autre expo:les trésors de Kyoto, trois siècles de création Rinpa. Expo décevante au demeurant; de plus photos interdites et payer 9€ pour 30 minutes de visite, cela fait cher la minute.

DSC_2690

DSC_2691

DSC_2692

Du coup comme nous étions tout proche et malgré le froid et le temps gris, nous sommes allés nous ballader au Parc Monceau, l'un des plus grands et des plus anciens de Paris. On y accède par 4 monumentales portes richement travaillées.

DSC_2694

Un peu d'histoite:

Le parc Monceau est d'une superficie de 8,25 ha. Son aspect actuel a été voulu par le préfet Haussmann et son ingénieur Alphand qui transformèrent un jardin exotique en un parc à l'anglaise, inauguré 13 Août 1861 par Napoléon III. Le duc de Chartres achète un terrain d'un hectare au niveau de la rue de Courcelles en 1768. En 1778 le futur duc d'Orléans fait aménager par Carmontelle l'espace connue comme la " folie de Chartres ".

En 1783, le paysagiste Thomas Blaikie agrandit ce jardin anglais où se dressaient une pyramide, une pagode et diverses autres folies dans le goût de l'époque.

L'architecte Claude-Nicolas Ledoux   ajoute en 1784, une Rotonde, pavillon d'octroi néoantique entouré d'un péristyle de 16 colonnes, la nouvelle enceinte de Paris dite des "Fermiers Généraux" longe le jardin.

L'ensemble de style exotique, dessiné par le peintre Carmontelle et l'architecte Colignon, évoque à travers de petits temples voués à l'amour, des ruines antiques ou gothiques, les multiples civilisations qui se sont succédé dans le temps à travers le monde.

Durant la Révolution Française, en 1793, le parc devient un jardin à l'anglaise avec du gazon, des arbres et accueille des foules nombreuses. En 1852, la moitié du parc est attribuée aux Pereire et l'autre à l'Etat qui vend son domaine à la Ville de Paris.

Autour du jardin public les terrains sont vendus et font l'objet d'un lotissement de grand luxe par les frères Pereire banquiers d'affaires. Des hôtels particuliers sont aménagés le long d'élégantes avenues ombragées et fermées par quatre portes monumentales

C’est au Parc Monceau qu’eut lieu le premier saut en parachute de l’histoire ! Un exploit que l’on doit au parisien André-Jacques Garnerin, qui s’élança en ballon du parc Monceau le 22 octobre 1797, et deviendra le premier homme à avoir effectué un saut en parachute… sans s’écraser.

photo-premier-parachute-parc-monceau

La lanterne japonaise qui scelle l'amitié entre Paris et Tokyo

DSC_2644

L'arcade de style renaissance provient de l'hôtel de ville détruit en 1871

DSC_2681

ainsi que des fragments de colonnes

DSC_2678

La rotonde

En 1785, il fut décidé d’entourer Paris par un mur destiné à lutter contre la contrebande : le mur des fermiers généraux, qui était parsemé de bâtiments qui accueillaient les bureaux de la Ferme générale. La rotonde que l'on peut observer à l'entrée du parc est l'un des derniers conservé sur les 61 que comptait le mur. Elle a été réalisée par Claude Nicolas Ledoux

DSC_2664

La pyramide est l'unique vestige de l'ancienne folie de Chartres de Carmontelle

DSC_2648

DSC_2650

Le pont fait parti des ajouts effectués dans la seconde moitiée du 19è siècle.

DSC_2653

DSC_2660

La naumachie

Dans la Rome antique, la Naumachie était un bassin dans lequel les spectacles de batailles navales étaient représentés. La Naumachie du Parc Monceau fut construite avec les  colonnes de l’ancienne Rotonde des Valois, édifice commandé par Catherine de Médicis pour accueillir le tombeau d'Henri II à côté de la basilique de Saint-Denis. Celui-ci ne sera jamais achevé, et même détruit en 1719. Ses colonnes furent donc récupérées pour décorer le Parc !

DSC_2682

DSC_2685

DSC_2689

DSC_2687

Les statues de musiciens, d’écrivains, de poètes accompagnés de leurs égéries et de leurs inspiratrices ont pris place sur les pelouses du parc à la fin du XIXe siècle rappelant que ce nouveau quartier fut à l’époque habité par de nombreux artistes et écrivains qui se promenaient souvent dans le parc.

Monument à Amboise Thomas par Falguière

DSC_2657

Hommage au compositeur Charles Gounot

DSC_2679

Le rocher

DSC_2652

DSC_2661

La cascade

DSC_2656

Des arbres centenaires

DSC_2662

DSC_2663

DSC_2672

DSC_2673

DSC_2674

Un arbuste fleuri

DSC_2667

D'autres vues

DSC_2643

DSC_2645

DSC_2658

De beaux hôtels particuliers

DSC_2669

DSC_2670

Ce parc doit être beaucoup plus agréable à s'y promener au printemps et en été. C'est aussi le rendez-vous des joggeurs et des enfants car de nombreuse aires de jeux, de balançoires et un caroussel les attendent..

Un havre de verdure dans une ville pour le moins agitée, surtout en ce moment.