Je sais que le sujet va vous paraître un peu trop académique pour un dimanche, mais c'est ce qui fait la diversité du peuple Malgache: pas moins de dix huit ethnies réparties sur le territoire. çà en fait du monde à cohabiter ensemble!!

ethnies

 

Réparti sur tout le territoire, le peuple malgache est divisé en dix-huit ethnies différentes ayant leurs propres coûtumes et moeurs. D’origine distincte, chacune d’elles possède une identité très singulière. Malgré ces différences, tous les clans sont considérés comme Malagasy et même si ils ont chacun leur propre dialecte, le « malagasy ofisialy » (malgache officiel) reste la langue commune.

Par ordre aplphabetique, je vous cite ci-dessous ces 18 ethnies appelés aussi en malgache « foko valo ambin’ny folo »

 Antaifasy 
L’Antaifasy, qui signifie « Ceux qui vivent dans les sables », est centré sur la côte sud-est de l’Ile dans la région de Farafangana. Le clan a une loi tribale très stricte. Par ailleurs, leurs défunts sont enterrés dans les endroits les plus profondes de la forêt à l’abri de tout intrus.

 Antaimoro 
« Ceux du rivage » ou « Le Peuple du littoral » occupant la côte Est de l’île qui s’étend de Mananjary en passant par Manakara et jusqu’à Vohipeno. Ils ont apporté la confection de papier à base de fibres végétales qu’on nomme le papier antaimoro qui est aussi utilisé de nos jours dans le domaine de décoration. D’autre part, le « sikidy » se partique par certains d’entre eux, c’est une technique de divination par les graines. Autrement, les Antaimoro sont de braves cultivateurs.


 Antaisaka
Les Antaisaka sont surtout regroupés dans le sud de la côte Est dans la province de Fianarantsoa. D’après l’histoire, Andriamandresy, un prince sakalava, quitta la région du Bas-Mangoky et s’installa sur les rives de Mananara. Il y constitua un nouveau royaume, les Antaisaka, (venant de Antaisakalava) nom qui signifie « Ceux qui viennent des Sakalava 

Antambahoaka ou « Ceux de la communauté »
Les Antambahoaka habitent la côte Est de l’île, aux environs de Mananjary. Comme ils se disent être descendants de Raminia, un personnage venu de La Mecque entre le X ème et XII ème siècle, des préceptes islamiques demeurent encore encrés dans leurs mœurs.

Antandroy 
« Ceux des épines » occupent l’extrême sud de l’île. Leur nom se référencie à l’univers épineux qui les entoure. Le principal activité des Antandroy consiste à fabriquer et à vendre du charbon, vient ensuite la confection de beaux bijoux en argent. Autrement, certains d’entre eux, les « Ombiasy » sont célèbres pour leur maîtrise de l’art divinatoire, le Sikidy, …


 Antankarana 
Les Antankarana qui veulent dire « Ceux du rocher » (ou « Ceux de l’Ankarana ») tirent leur nom à leur habitat. Effectivement, ils occupent le massif de l’Ankarana à l’extrémité nord du pays d’Ambilobe au Cap d’Ambre. Les croyances du clan se base sur les divinités naturelles (incarnées par arbre, plante, montagne, eau…). À part cela, ils sont les cultivateurs et éleveurs du Nord de l’Ile.


Antanosy
« Ceux de l’île », son appelation se rapporte à un îlot situé près de Fort-Dauphin. Grâce à l’habilité de leur main, ils sont d’excellents forgerons et charpentiers, d’autres sont des marins et pêcheurs. Etant de très bons riziculteurs et éleveurs, le territoire des Antanosy est le grenier de la province de Tuléar.
8. Bara
Peut être d’origine Bantoue, population de l’Afrique sud-équatorial, le peuple Bara vit dans les plateaux inférieurs du Centre-Sud de l’Ile. Selon leur tradition les jeunes hommes doivent avant leur mariage accomplir un vol de zébus pour affirmer leur bravoure, leur virilité et leur mérite.


 Betsileo 
Betsileo ou « Les nombreux invincibles », il semblerait qu’ils sont originaires d’Indonésie. Ils sont réputés par le développement de leur riziculture en terrasse, grâce à d’ingénieux systèmes d’irrigation, sans nul doute, précieux héritage transmis par leurs ancêtres. Mais ces derniers sont aussi d’excellents artisans du bois.


         Betsimisaraka
Le royaume des Betsimisaraka « les nombreux qui ne se séparent pas » s’étale sur toute la côte nord-     est de l’île, de Sambava (au nord) à Mananjary (au sud). Leur habitat traditionnel est construit sur pilotis, une protection contre les eaux et l’humidité. Les parois et les toitures sont surtout constitués par des végétaux comme le ravinala.


  1.  Bezanozano 
« Ceux aux nombreuses tresses », leur territoire est basé dans le centre-est du pays, dans les environs de Moramanga entre la capitale et province de Tamatave. Autrefois, les Bezanozano avaient le monopole du transport de marchandises entre la Côte Est et la Capitale. Les denrées étaient portés à dos d’homme à des distances considérables et dans des conditions difficiles.

     Mahafaly ou « Qui rend heureux »
Voisins des Antandroy sur la côte sud-ouest du pays, les Mahafaly vivent en petits groupes. La population est tès attachée au sacré et au respect des ancêtres; d’ailleurs, les Mahafaly sont surnommés « Ceux qui ont des tabous ». D’autre part, certaines coiffures et tatouages sont très caractéristiques. Excellents sculpteurs, leur art s’épanouie dans l’orfèvrerie et la sculpture du bois.


     Merina
« Imerina Ambaniandro » (le pays élevé sous le soleil), les Merina représentent la population habitant dans la province d’Antananarivo. En provenance de Malaisie ou d’Indonésie, les Merina, « Ceux du pays élevé » ont une allure asiatique prononcée. Leur tenue vestimentaire est composée d’une tunique, appelée « malabary » pour les homme et d’une toge (« lamba ») dans lesquelles hommes et femmes se drapaient. Rappelons que suite à un acte criminel et misérable, le 6 novembre 1995, le plus grand symbole de la monarchie Merina (voire de Madagascar, la fierté de tout patriote malgache), le Palais de la Reine Manjakamiadana, fut brûlé. Malheureusement, les vestiges de quatre siècles d’histoire partirent en fumée.

     Sakalava 
« Ceux des longues vallées » ou « Les gens de la longue plaine », le royaume sakalava, le plus vaste de tous les autres ethnies s’étend sur tout le long de la côte occidentale du pays. Depuis Ambanja au nord jusqu’à Tuléar dans le sud, cette grande étendue rend difficile toute unité qui se sont alors répartis en deux groupes: la dynastie de Boina pour le nord et celle du Menabe pour le sud. Tous les dix ans, des cérémonies occasionnelles qu’est le « Fitampoha » se déroulent sur ces lieux : le bain des reliques sacrées à Belo-sur-Tsiribina. C’est à la fois l’occasion de consolider la cohésion Sakalava et la pratique « Tromba », rituel de possession qui permet aux souverains ou ancêtres défunts et le monde des vivants de se communiquer par l’intermédiaire des personnes en transe : le « Mpisoro »; le devin-maître de cérémonie, les « Sazoky », les possédés royaux

     Sihanaka 
Situés dans le Nord-Est du royaume Merina, les Sihanaka, « Ceux qui errent autour des marais », se trouvent autour du lac Aloatra, le plus grand lac de la région de l’Est. Originaires des régions marécageuses des environs de Vangaindrano et descendant des Antaisaka, les Sihanaka sont d’excellents pêcheurs et riziculteurs. Ils ont drainé cette région qui est encore considérée comme le grenier de Madagascar.


     Tanala 
« Ceux de la forêt » demeurent sur une portion de terre de l’Est des Hautes Terres autour de Ranomafana. De petites tailles, leur mode de vie s’adapte à leur environnement: la chasse, l’agriculteurs, la cueillette, … Les Tanala sont réputés pour leur connaissance et leur grand savoir des vertus des plantes médicinales.


     Tsimihety 
Le territoire traditionnel tsimihety se localise entre celui des Antankarana au nord, des Sihanaka au sud, des Sakalava à l’ouest et des Betsimisaraka à l’est. Opposé à la politique d’unification soumis par les souverains Merina, le peuple Tsimihety s’est battu violemment pour lutter contre cette domination. Aussi le mot tsimihety qui veut dire « Ceux qui ne se coupent pas les cheveux » vient du fait que ces derniers avaient refusé de porter le deuil de Radama Ier. Le premier président de la République malgache, Philibert Tsiranana, est d’origine tsimihety.


    Vezo 
Groupe descendant des Sakalava de Menabe, le peuple Vezo est situé dans le Sud-Ouest de l’île de Morombe (au nord) à Tuléar (au sud). Les Vezo, qui signifient « pagayeurs » ou « nomades de la mer » sont d’excellents marins. À bord de petits pirogues à balancier, ils pêchent et capturent anchois, requins et toutes autres proies qui passent dans de leurs filets en nylon ou avec ceux en fibres de baobab parés de coquillages. Le fruit de leur pêche, généralement séché et fumé est ensuite vendu ou troqué contre des produits comme tissus, pétrole, sel etc … Par ailleurs, contrairement à la majeure partie des malgaches, les Vezo ne pratiquent pas la circoncision.

    http://www.madagascar-id.com/culture/les-18-ethnies-de-madagascar

     

    Nous étions sur le "territoire" des Sakalavas, descendants  de la famille royale.