Comme je vous disais, avec le confinement je passe plus de temps dans mon jardinet à regarder mes plantes pousser (ou non!).

Et justement hier en admirant mon citronier pleins de boutons

1 citronnier

J'aperçois sur certaines branches comme des tâches blanches. j'enfile donc mes gants de jardinage pour en prendre une; c'est tout mou et ça s'écrase entre mes doigts. Je vais donc chercher un cure dent et du sopalin pour y aller avec plus de délicatesse; en y regardant de plus près j'aperçois des pattes, c'est donc une bêbête. Ni une, ni deux, je prends mon APN et direction le net pour savoir.

Au premier abord je la trouve jolie avec son masque africain.

3 cochenille

Mais...... c'est une saleté de bestiole: une cochenille australienne!!!

Originaire d'Australie, la cochenille australienne s'est répandue dans toutes les régions tropicales et subtropicales, dans les serres des pays froids, aux Etats-Unis, Europe, Afrique du Nord.

Les dégâts peuvent compromettre la production et entraîner la mort des arbres, notamment pour les agrumes.

Les femelles sont rouge-brique (hémolymphe visible par transparence). Elles possèdent 2 paires de stigmates abdominaux. Les antennes brun foncé ont 11 articles et les pattes sont brun foncé à noir. Le corps, ovale, est caréné avec des saillies dorsales médianes thoraciques et couvert d'une sécrétion cireuse de couleur noisette et de cire blanche. Il est orné, latéralement, de minces filaments cireux.

Les mâles, 3 mm de long et de couleur jaunâtre, possèdent des antennes, un mésothorax et des pattes de couleur brune. Contrairement aux femelles ils sont ailés (1 paire d'ailes gris fumé).

Les jeunes larves sont rouges, de forme ovalaire et aplatie (0,5 mm de long), avec des antennes de 6 articles et 6 longues soies postérieures.
En vieillissant les larves se couvrent d'un revêtement cireux blanc. Elles sécrètent des tubes cireux anaux, longs et fragiles, qui déportent les gouttes de miellat rejetées par l'anus.

Les œufs sont rougeâtres et ovalaires.

Biologie :

Dès le mois de février les femelles pondent (400-800 œufs par femelle). L'espèce est hermaphrodite ; les oeufs fécondés donnent des femelles et les oeufs non fécondés des mâles. Les mâles, peu nombreux, n'ont qu'un rôle minime (voire nul) dans la reproduction.

Les jeunes larves rouges se couvrent rapidement d'un revêtement cireux blanc. Elles passent par trois stades larvaires. Leur cycle de développement dure au minimum 3 mois. Les femelles adultes sécrètent un sac cireux côtelé adhérant à l'abdomen : l'ovisac qui contient les œufs. Plus la femelle pond et plus le sac grossit ; le corps de la femelle se relevant de plus en plus.

2 à 3 générations peuvent se succéder dans l'année. L'espèce passe l'hiver principalement au stade L3.

Symptômes et dégâts :

En cas de pullulation les dégâts sont à la fois directs (prélèvement de sève, blessures sur l'écorce, déformations, suintements) et indirects par une grande production de miellat permettant le développement de fumagine.

En l'absence d'ennemis, ces dégâts compromettent la production et peuvent entraîner la mort des arbres notamment pour les agrumes.

Son seul prédateur est la coccinelle australienne.

2 cochenille

4 cochenille

Et moi qui l'a trouvait jolie!!

Bon j'ai pas de coccinelle australienne sous la main, mais sur les conseils de mon amie Violette, j'ai nettoyé tout mon citronnier à l'alcool à 70°, après avoir enlevé et écrasé la dizaine de bestioles (je sais c'est cruel, mais la guerre est déclarée), en attendant de pouvoir appliquer un traitement à base d'huile+eau+produit anti cochenille.

5 cochenille

J'espère sauver mon citronnier!