Et voilà enfin l'heure de visiter la cathédrale, fleuron du patrimoine biterois.

1

2

Avant d'y entrer nous prenons le temps d'admirer la vue sur toute la vallée de l'Orb depuis l'esplanade

1 vue esplanade

un petit diaporama depuis la table d'orientation.

La cathédrale Saint-Nazaire et Saint Celse de Béziers se dresse sur la partie Ouest de l’ancienne ville médiévale, une « acropole » surplombant la plaine de l’Orb. « Symbole emblématique » de la ville par sa position dominante, elle est visible de très loin, notamment lorsque l’on parvient à Béziers par la route de Narbonne.

 Le monument offre une suite de styles : Roman du XIIème siècle, Gothique des XIIIème, XIVème et XVème siècles, le buffet d’orgue Renaissance du XVIIème et l’aménagement du chœur Baroque du XVIIIème siècle. Chaque nouvel apport, témoin des « modes » architecturales et des priorités pastorales de son époque, s’est intégré remarquablement à l’existant pour constituer une belle unité.

 Le cloître, du XIVème siècleet le point de vue sur la plaine languedocienne, des Cévennes aux Pyrénées, complètent l’intérêt de ce site. 

 Un premier sanctuaire carolingien fut remplacé au 12ème siècle par une puissante cathédrale romane. En 1209, au début de la Croisade contre l’hérésie cathare, les Croisés de l’Ile de France mirent la ville à sac et incendièrent la cathédrale dont les voûtes éclatèrent « comme une grenade » ! Sa reconstruction, en style gothique, durera jusqu'au XVème siècle.

De l'extérieur, la cathédrale présente des airs de forteresse, avec ses éléments architecturaux empruntant au château fort. Elle est dominée par une imposante tour carrée de 46 mètres de hauteur. La façade ouest de l'édifice domine l'Orb, est ornée d'une immense rosace de 10 mètres de diamètre. Sur la façade nord du transept, se trouve la porte d'entrée (créée au XVIIème siècle), surmontée d'un linteau de bois qui évoque le martyre des saints Nazaire et Celse L'édifice mesure 50 mètres de long, la nef 14 mètres de large. Largeur du transept : 33 mètres. Hauteur maximale de la voûte : 23 mètres 58.

3 exté 1

3 exté 2

3 exté 3

3 exté 4

4 architecture exté

À l'intérieur, on remarque : des colonnes et des chapiteaux, vestiges de la cathédrale romane. Les superstructures du transept, le chœur et les deux travées du fond sont gothiques.  La sacristie construite en 1443, sous Guillaume de Montjoie, jouxte la petite abside de la chapelle de Notre Dame de la Sede, du XIVème siècle.

La chaire

6a chair

Les colonnades

8c colonades 1

8c colonades

Les chapelles

9 chapelles

Les voûtes

10 architecture inté

 L’aménagement baroque du chœur, au XVIIIème siècle, est typique des « modernisations » après la Concile de Trente.

8a choeur

Les stalles

8b stalles 1

8b stalles


Les verrières réaménagées rendent hommage aux maîtres verriers du XIIIème siècle.

11 vitraux 5

11 vitraux 8

11 vitraux

11b vitraux

11a vitraux

Au fond occidental de la nef, le grand orgue installé au XVIIème siècle sur une tribune Renaissance. Le buffet initial a été « baroquisé » au XVIIIème siècle. La partie instrumentale du XVIIème, ouvrage de Guilhaume PONCHET, a été complétée au XVIIIème siècle et encore enrichie au XIXème siècle par Théodore PUGET qui revoit également l'harmonisation pour la rendre conforme au goût romantique. Cet instrument a été restauré en 1993.

7a orgue

Puis nous entamons l'ascension du donjon, haut de 46 mètres. 172 marches en colimaçon assez inégales, pas facile! mais la vue qu'on a est tellement époustouflante qu'on ne regrette pas ce petit (gros) effort.

12 en haut 5

12a en haut

13a ville

14 gargouilles

La descente est un peu plus fastidieuse que la montée. Il nous reste à voir le cloître sans ses jardins fermés au public, comme je vous l'ai dit dans mon dernier post.

5 cloitre

5 cloitre 1

5 cloitre 2

5a cloitre

5b cloitre

Ainsi se termine la visite. il est temps de prendre le chemin du retour en passant devant la chapelle des pénitents et le jardin des poètes.