L’ancien cimetière paléochrétien (IIIème-IVème siècles) est appelé communément la "crypte" par les Narbonnais.
Aménagée autour de colonnes romaines en réemploi, cette "cella memoriae" mise à jour en 1946, lors de travaux de voiries, se divise en salle de sarcophages et salle de banquets funéraires.

DSC_0040

DSC_0044

Le sol, décoré de mosaïques des IIème et IIIème siècles fut cassé pour y descendre six sarcophages (cinq en marbre, un en pierre) du IIIème et Vème siècles, témoignant des différents courants artistiques de l’art funéraire.

18744436

La crypte abrite également des amphores contenant des ossements d’enfants, une pratique très courante dans l’Antiquité tardive pour les plus jeunes d’entre eux (jusqu’à 4-5 ans).

18744518

Six sarcophages du IIIè au Vè siècle ont été mis à jour

DSC_0043

DSC_0042

DSC_0041

Le plus célèbre, dit de l’école d’Arles, retaillé dans un marbre antique, est le mausolée d’une riche famille romaine, dont les défunts sont représentés sur le couvercle de part et d’autre d’un cartouche et encadrés par la Lune et le Soleil.

DSC_0039

Une des faces de la cuve porte des "strigiles" caractéristiques. Ces cannelures en forme de S cernent une Victoire gravant sur un bouclier une inscription énigmatique :  "Lege Feliciter", "lis heureusement".

18744493

Ce cimetière paléochrétien est probablement l'un des plus anciens témoins de la Gaule chrétienne.