Un vaste choix de visites était proposé sur Narbonne et alentours; il faut dire que la ville regorge de monuments historiques et musées. Ayant déjà fait la plupart des monuments, mon choix s'est porté sur 3 sites ouverts seulement à l'occasion des journées du patrimoine.

Commençons donc par une très curieuse construction: la maison des 3 nourrices.

Splendide demeure privée datée de 1558, restaurée en 2006. Son nom lui vient des cariatides, aux formes opulentes encadrant la baie de sa façade sud mais elles sont au nombre de 5, il faut probablement voir dans le nombre « trois » de l’appellation, le souvenir de la maison contiguë, au nord de la parcelle à une dizaine de mètres, connue comme « l’hôtel des Trois Rois ».

Cette maison représente un modèle unique de l’architecture privée de la Renaissance. La richesse et la surabondance de sa décoration permettent d’évoquer la manière des Bachelier, maîtres maçons et architectes à Toulouse.

Les cariatides ou femmes colonnes sont réalisées sur le modèle de la statue de Diane à Ephèse et sont surmontées d'un linteau à consoles végétales entre lesquelles prennent place des têtes de lions qui tiennent des guirlandes de fruits dans la gueule. La façade ouest quant à elle est pourvue de baies flanquées de colonnes corinthiennes surmontées de guirlandes soutenues par des têtes de béliers. Plus haut, ceinturant le bâtiment, la corniche très saillante surplombe une frise de rinceaux qui alternent avec des pierres taillées en pointe de diamant.

La Maison se situait alors dans un quartier qui accueillait des auberges et hôtelleries (auberge des Trois Ecus, du Logis de la Vache…), proche des entrées sud et ouest de la ville (portes Saint-Paul et de Perpignan).

Photos du web, site du musée de narbonne

3-nourrices

3-nourrices-4

Evolution de la maison.

 

3-nourrices-2

 

La maison fut construite au XIIe siècle. A l'époque, la maison avait deux corps de bâtiment. Le rez de chaussé, percé de grandes portes, abritait des boutiques, certainement des draps et du lin, activités florissantes à cette époque.

L’édifice actuel présente une juxtaposition de constructions et porte les traces d’interventions d’époques différentes qui s’échelonnent du Moyen Âge à nos jours et permet de distinguer quatre grandes périodes de construction: le Moyen Âge, la Renaissance, les XVIIIe et XIXe siècles et le XXe siècle.

Au XVIe siècle, les étages supérieurs de la construction médiévale sont remplacés par deux nouveaux étages. Le premier étage, réservé à l'habitation et au luxe, se voit orné de deux belles fenêtres. La croisée sud reçoit ses cariatides féminines.

De nos jours, vues extérieures de cette demeure médiévale

1 vue géné

2

3

Fenêtre de la façade sud et ses cariatides, de style renaissance, fait par des artistes graveurs de différents pays (flamands, italiens), chacun superposant son style.

4

5 cariatides

de plus près une cariatide:

les canelures rappellent les robes plissées greques; le ventre rebondi synonyme de fertilité ainsi que les seins opulents, terminés par des escargots marins. Ces cariatides rappellent un peu la forme des vases égyptiens.

Les têtes sont surmontées de paniers en feuilles d'acanthe; ces feuilles sont très présentes dans tous les styles d'architecture: romaine, romane, baroque, néo classique.

6

au dessus une frise représentant des animaux mi lions, mi singes, reliés entre eux par les grappes de fruits, symbolisant l'opulence.

7

La façade ouest et ses colonnes corinthiennes

10

au dessus une frise représentant des béliers, peut être un hommage au culte d'Hermès; les cornes des béliers représentant sans doute la fameuse corne d'abondance. Les têtes sont reliées entre elles par des guirlandes de fruits, là encore symbole de la richesse et de l'opulence. N'oublions pas que c'est une ancienne maison de drapier, donc d'une famille riche.

11

sur le côté, ce qu'on appelle la fenêtre sobre, car dépourvue de décorations, mise en place par le dernier occupant, un boulanger, de même que la fenêtre au dessus, dont la date semblerait indiquer la fin du décor.

9 fenêtre sobre

12

Entrons maintenant dans la "callade" petite cour pavée de galets.

12 a cour

DSC_0031

20180915_114954

montons l'escalier

13 escalier

au mur quelques vestiges de colonettes, de style roman, datant du 13è, trouvés dans le mur de la maison; probablement des éléments de fenêtres

14 colonnettes

à droite un escalier à vis avec sa fenêtre double, de style roman aussi

15 escalier à vis

entrons dans l'unique pièce décorée. Les autres pièces servent de bureaux à l'hôpital tout proche. Vous n'en verrez qu'un petit bout, car avec le monde qu'il y avait impossible de faire une photo d'ensemble

16 entrée

16b

Lors de la restauration de la maison entre 2005 et 2006, l'archiecte des monuments Historiques Régis Martin a souhaité une rénovation dans l'esprit, pas dans la forme; la municipalité a demandé à l'artiste et académicien Pierre CARRON, d'en imaginer le décor. Ce dernier élève de Balthus, s'est inspiré du thème des enfants et des nourrices; cela donne un petit côté enfentin, un peu conte de fée.

Les décors assez riches contrastent avec le plafond d'origine, qui lui est sobre; Les peintures murales sont de Pierre CARRON

17 décors

17a

17b

17c

Les vitaux réalisés par Pierre CARRON comme sous la renaissance à partir de grisailles. Il s'agit de véritables vitraux, les verres sont cuits une fois peints.

18a

18b

18c

18fenêtres

18d

18fenêtres1

et la sobriété du plafond, chose assez rare pour l'époque ou la plupart des plafonds sont richement décorés de peintures.

19 plafond

19a

Les carreaux de sol sont en terre cuite, conçus et exécutés par M ASTIER DE VILLATTE; Les carreaux plus grands sont de Pierre CARRON;

20 tommettes

20b

20a

Ainsi se termine la visite de cette belle demeure médiévale. Je connaissais l'histoire de la maison, mais n'avais jamais vu l'intérieur. J'ai été un peu surprise du manque de meubles de l'époque, surtout s'agissant d'une pièce à vivre. Mais une belle découverte.

Demain changement de décor; nous remonterons le temps jusqu'à l'époque romaine.