Les ballades dans la garrigue sont maintenant interdites et la plupart des sentiers de randonnées sont fermés, à cause des risques d'incendie.

Les pompiers et les gardes du Parc Régionnal de la Narbonnaise sont en alerte et patrouillent tout azimut, pour notre sécurité.

Il reste les pistes cyclables que nous faisons le soir vu la chaleur, car la plage archi bondée et bruyante, très peu pour nous, plus habitués aux petites criques tranquilles et désertes.

Nous sommes donc retournés aux étangs de Pissevache il y a quelques jours; il m'avait semblé y voir les 1er grèbes huppés, mais hélas non, ce n'étaient que de jeunes tadornes.

Et là où cet hiver, l'eau recouvrait tout, maintenant ce sont de grandes étendues de vase craquelée qui donnent un nouvel aspect au paysage, que j'aime bien aussi.

DSC_0050

DSC_0051

de plus près on distingue les empreintes des oiseaux et les coquillages prisonniers

vase

Les champs de salicornes sont prospèrent et il reste quelques trous d'eau par ci par là.

vues 1

vues 2

Un peu plus loin sur la route qui mène aux Cabannes de Fleury, un petit endroit protégé par des roseaux. J'ai marché à 4 pattes pour pouvoir m'approcher le plus possible de l'eau afin d'y surprendre une colonie de jeunes tadornes au milieu de garzettes et de mouettes rieuses.

DSC_0001

DSC_0003

DSC_0005

DSC_0007

tadorne 2

jeunes tadornes de plus près

tadorne

tadorne 1

mouettes rieuses

mouettes rieuses

et un goéland railleur. Je ne connaissais pas, c'est le 1er que je vois. Un peu plus grand que la mouette rieuse dont il n'a pas la calotte noire, il a un manteau gris perle, un plumage blanc et un bec fort et pointu rouge brun et des pattes rouges. Il est essentiellement piscivore.

goeland railleur 2

celui-ci était en pleine partie de pêche.

goeland railleur

Et voilà pour cette petite ballade sur les étangs, qui m'a réservé de belles surprises. Et merci aux Ailes de l'Aude pour l'identification et les renseignements sur les oiseaux.