Ce matin j'ai participée à une sortie nature, intitulée: Dunes, plages et merveilles. Organisée par l'association C ma nature en partenariat avec le Parc Naturel Régional de la Narbonnaise.

Très chouette ballade sur la plage et surtout très instructive.

Ainsi nous avons appris comment se forme les dunes. Savez-vous qu'il suffit d'un vent à 16 km/h pour faire s'envoler les grains de sables secs? Si ceux ci rencontrent un obstacle genre bout de bois ou autre sur leur passage, ils vont s'y fixer, donnant naissance à la laisse de mer ; puis des végétaux vont se développer comme l'oyat et l'anthemis maritime, qui vont fixer la dune grâce à leurs racines qui s'ancrent profondément dans le sable, formant ainsi une dune embryonnaire; celle ci va grandir sous l'action du vent, devenant ainsi une dune mobile; le tout va former ce qu'on appelle un cordon dunaire littoral.

DSC_0011

DSC_0013

La dune se compose de 4 parties. Sur le dessus c'est le sable sec, puis vient la partie humide gorgée d'eau douce (celle de la pluie), puis une autre partie sèche et enfin la partie eau salée.

Donc les plantes que l'on voit en bord de plage comme l'oyat et l'anthémis sont souvent appelées à tort plantes salées, alors qu'en faite se sont des plantes d'eau douce.

Les plantes fixateuses des dunes sont principalement l'anthémis maritime

anthemis maritime

et l'oyat

DSC_0242

malheureusement elles sont de plus en plus menacées par des plantes invasives comme

le yucca

yuca

le seneçon

seneçon

et les griffes de sorcières (j'ai pas de photos).

Ces plantes se sont tellement bien acclimatées qu'elles envahissent tout, empêchant les plantes autochtones de se reproduire. C'est pourquoi des campagnes d'arrachage sont organisées.

Puis nous sommes allées du côté de la mer, où une belle surprise nous attendait. Tout le long du bord de mer, il y avait comme une longue écharpe blanche irrisée, comme des centaines d'écailles de poissons

DSC_0001

DSC_0002

Ce sont en faite des petites méduses appelées vellèles. Elles flottent à la surface de la mer et se dirigent grâce à leur voile, au gré du vent ( sur la photo on ne voit pas la voile car elles ont séchées). Avec le mauvais temps de ces derniers jours, elles ont échouées sur la plage.

DSC_0028

Nous avons aussi parlé des actions de l'homme qui en canalisant les fleuves font que ceux ci charissent de moins en moins d'alluvions nécessaire au développement des plages, mais aussi de la fonte des glaciers qui font monter le niveau des eaux, du changement climatique qui joue aussi un rôle important; tous ces facteurs combinés font que le littoral se réduit de plus en plus, et que les plages disparaissent.

La matinée touchait à sa fin quand notre guide a ouvert sa valise aux trésors; une mine d'or pour moi.

DSC_0003

DSC_0004

Elle a ramassé, collé et étiqueté la plupart des coquillages que l'on trouve par chez moi. Trop top!! J'ai pu ainsi identifier pas mal des coquillages ramassés cet hiver; je vous montre

DSC_0015

DSC_0016

DSC_0017

DSC_0018

DSC_0020

DSC_0021

DSC_0022

DSC_0023

DSC_0024

DSC_0025

DSC_0026

La posidonie est un herbier qui tapisse le fond des mers; Lorsque celles ci sont arrachées par les ancres des bateaux ou les tempêtes, les filaments se trouvent entremêlés jusqu'à former des boules plus ou moins grosses, qui atterrissent sur les plages; les chats adorent jouer avec.

DSC_0014

Capsule d'oeuf de raie.

Les raies sont ovipares et pondent en général deux oeufs plusieurs fois dans l'année (sauf la raie manta qui est ovovivipare c'est à dire que le petit se développe à l'intérieur d'elle). Ces capsules voguent dans la mer tranquillement car elles n'ont absolument aucun prédateur.  Ainsi c'est l'embryon qui en bougeant créé un tourbillon qui va déplacer la capsule, permettant à l'eau de mer d'entrer par les extrémitées, pour le nourir; de même ses déjections ressortent par les mêmes extrémités. Au bout de 6 mois, il n'a plus qu'à percer la capsule et vivre sa vie. Ce sont ces capsules qui ressemblent à des morceaux de plastique que nous trouvons sur les plages.

DSC_0019

Et savez-vous pourquoi on trouve des coquillages avec un petit trou? pas pour faire des colliers, quoique c'est bien utile! C'est en fait un gastéropode appelé natice (celui là je l'ai pas  encore trouvé) qui est carnivore.

DSC_0005 - Copie

Il possède une longue langue capable de dissoudre le calcaire des coquilles, qu'il introduit dans le coquillage et qui lui permet d'aspirer la bête . Voilà pourquoi on trouve des coquillages déjà troués.

Ainsi se termine cette matinée sur la plage. Je me suis régalée car j'ai appris pleins de choses; c'était très instrutif et aussi ludique. J'adore ce genre de sorties

Maintenant je lance un appel.

Je recherche ce livre

9782906128064

écrit par Christophe Lansigu et Jean Paul Salasse, il date de 1995 et apparement n'est plus édité. Impossible de le trouver sur le net. Donc si par hasard vous pouviez me le trouver j'en serais ravie. naturellement je rembourse le livre et les frais de port.

Je vous remercie d'avance.