J'ai assisté à 3 démonstrations de fabrication de monoï : celles Australes, de la Société et des Marquises.

J'ai choisi de vous présenter le petit film des Marquises, celui qui est le plus explicite.

Ce sont des mamas venues de l'atoll de Tatakoto, un des 75 atolls qui composent les Tuamotu. 

Situé à 1182 km de Tahiti c'est le plus isolé des atolls des Tuamotu: 14 km de long sur 3,5 km de large. Il compte 250 habitants et le village principal est Tumukuu.

Capture d’écran 2016-11-17 à 17

La fabrication de base ne change pas d'un archipel à l'autre; il faut d'abord raper le coco, étape longue et fastidieuse, car il faut en gros 30 cocos pour faire 1 litre de monoï.

Puis vient l'ajout de l'ingrédient "secret": de l'abdomen de bernard l'hermite pour les Marquises et les Australes, la Société quand à elle préfère ajouter du curcuma rapé ou de la poudre de santal. Ces ingrédients ont pour effet d"accélérer le processus de transformation.

Puis on met tout cela dans de la bourre de coco et on presse pour recueillir le lait dans lequel on fait alors macérer des fleurs, plantes médicinales, fruits.... 1 semaine au soleil  et votre monoï est prêt.

J'avais assisté à la fabrication de monoï à Tahiti qui diffère légèrement. En effet ici, on ne presse pas le coco rapé; on le mélange avec les fleurs, on le met dans un contenant en aluminium en plein soleil, et on récolte chaque jour l'huile qui se forme sur le dessus. Et on rajoute du coco rapé et des fleurs à chaque fois.

Chacun sa méthode.

Fabrication du monoï aux Tuamotu

Vous voilà maintenant des pros du monoï. C'est beaucoup de travail , mais quel résultat.

J'avoue que je suis bien tentée d'essayer, mais le hic, c'est que j'ai le soleil que l'après midi sur ma terrasse, donc je sais pas si c'est suffisant.

Capture d’écran 2016-10-12 à 09