Profitant de ce lundi célibataire puisque mon zhom était en réunion de direction toute la journée, j'ai d'abord pensé faire deux trois musées que je n'avais pas eu le temps de faire lors de mon premier séjour en 2013. Malheureusement iles sont tous fermés le lundi.

Pas grave, puisque j'avais aussi dans mon programme, la viste du jardin de l'état.

" L'histoire du jardin commence vers 1761, dans la quartier de la rivière St denis; D'une parcelle de terre cultivée non loin des berges, émerge un jardin botanique appelé jardin de la compagnie des indes. On y cultive l'ananas, la banane, la figue, le tamarin, l'orange et la pêche, ainsi que d'autres fruits que l'on fait venir d'Europe, du cap de Bonne Espérence, de Batavia, de Chne et d'Inde. Les plants sont ensuite distribués aux habitants de la colonie qui les cultives sur leurs terres. 

En 1767 l'Ile Bourbon colonie de la compagnie des Indes passe sous juridiction royale. Sous l'ordonnateur Cyr Honoré de Crémont, ce jardin d'acclimatation à la lisière des quartiers anciens de la ville, devient jardin du Roy.

Il va être magnifié au début du 19 ème siècle et atteindra son apogée grâce à deux jardiniers experts. En 1817 sous la direction de Nicolas Bréon qui ramène des graines et des plants d'arbres fruitiers dans les cales de ses navires Le Golo et Le Normandie, le jardin se transforme et remplit sa fonctionde station agronomique.

En 1822, il rapporte plus de 500kg de café en coque destiné à être planté et des plants de teck d'Arabie destinée à faire de l'ombrage aux plants de caféiers. On lui doit aussi l'introduction du néflier du Japon et du mambolo des philippines. En 1825, § à 7000 arbres sont distribués à la population. A partir de 1831, son successuer jean Michel Claude Richard contribue également à enrichir les collections. A sa mort en 1868, le jardin compte plus de 4000 espèces végétales.

En 1834 le palais législatif est érigé à l'extrémité sud du jardin. Il est le siège du Conseil Colonial.jusqu'en 1854. Gustave MANES maire de Saint denis y établit jusqu'en 1854 l'actuel museum d'histoire naturelle.

Le jardin du roy, devenu jardin colonial est un lieu de promenade prisé des citadins. Des bassins, une volière et un pont rustique agémentent les lieux.

Les festivités de la 1ère exposition coloniale de l'île s'y tiennent en 1853 à l'initiative du gouverneur Hubert Delisle. Y sont exposées les productions agricoles et industrielles.

Le jardin accueille des manifestations artistiques. L'expansion du jardin est ensuite concédée en 1862 pour une période de dix ans à une filiale de la Société d'Acclimatation de France. Suite à des difficultées financières, celle ci disparaît en 1871. Le jardin traverse alors une période de déclin.

A la départementalisation en 1948, il redevient jardi de l'état. En 1971 il est cédé par l'état au département de La réunion qui en confie la gestion à la mairie de Saint denis.

Celle ci organise les 1ères floralies en 1973. A cette occasion les allées sont redessinées. Au tracé rectiligne des allées succèdents des parcours privilégiant courbes et buttes de terre. En 1978 le jardin est classé monument historique; Il est depuis géré par le conseil général. Celui ci lance en 2004 un vaste programme de rénovation dont la première phase s'achève en 2009: l'axe central retrouve la perspective du jardin à la française avec une allée centrale et deux contre allées bordées par les camphriers. Des équipements sont installés comme une aire de jeux pour les enfants, des kiosques, des bances pour améliorer la qualité et la convivialité du jardin."

DSCF5195

DSCF5197

DSCF5198

DSCF5222

DSCF5225

 

DSCF5228

DSCF5231

DSCF5232

DSCF5249

DSCF5251

 

DSCF5252

DSCF5253

DSCF5263

 

Pandanus

pandanus

 

Pommier jacot donne de petites pommes jaunes à la chair farineuse, comestible

Pommier jacot

 

Le Baboul, dont les fruits se cuisines en plat en sauce.

Baboul

 

Le bonnetde prêtre, son fruit fibreux et très léger flotte dans l'eau de mer.

 

bonnet de prêtre

 

La calebasse qui sert d'instruments de musique et dobjets à usage domestique et décoratif.

Calebasse

 

Le Museum

DSCF5233

 

Pierre POIVRE

Il plante sur le domaine de Monplaisir à Pamplemousse, un splendide jardin botanique. passionné par les plantes tropicale, navigateur téméraire et passionné des contrées lointaines, il parvient à dérober aux hollandais des graines de muscade. En 1778, il confie au gouverneur, Le Chevalier de la brillanne, la &ère noix de muscade issue d'un sol français, afin de l'offir au roi Louis XVI.

DSCF5235

 

Joseph HUBERT

Natif de l'île de Bourbon, origianire de Saint benoit, cet agronome se passionne pour la botanique. Sur les terres familiales de Bras Mussard, il acclimate les premiers clous de girofle envoyés par pierre Poivre. Sa rencontre avec ce dernier dans le jardin des pamplemousse sera décisive pour la prospérité agricole de Bourbon.

D'autre épices sont introduites: vannelle de ceylan, anis étoilé de Chine, ravensara de Madagascar, jamalac et jamerose de Ceylan, letchi et longane de Chine, évi de Polynésie, avocat du Brésil ainsi que mangoustan et arbre à pain des Philippines font partie des expériences d'acclimatation réussies par les deux botanistes au Jardin de l'Etat.

DSCF5239

 

Nénuphars et autres fleurs

 

Desktop63

 

Arbre à boulets de canon

Desktop64

 

Fin de la visite.

En route pour la visite des édifices religieux.