Depuis le temps que je vais chez mes beaux parents à Maisons Laffitte, je n'avais jamais vraiment pris le temps de jouer les touristes.

Aussi par ce froid samedi, j'ai entrainé mon zhom pour une petite ballade dans le Parc et au Château. Mais la ballade fut courte, car il faisait décidément trop froid pour nous, pauvres mahorais!!!

Donc juste le tout du château et on s'est arrêté au 1er bassin du parc.

Mais d'abord un petit topo.

100px-Blason_Maisons-Laffitte01

Les armes de Maisons-Laffitte se blasonnent ainsi :

 

d'azur aux trois roses d'argent, au chef d'or chargé de trois roses de gueules.

 

 

Le nom de « Maisons » vient du latin mansio, demeure. Jusqu'en 1882 date à laquelle « Laffitte » a été ajouté officiellement après l'urbanisation du parc du château par le banquier Jacques Laffitte le village s'appelait « Maisons-sur-Seine ».

 

Les origines

 

La première mention du village date de 820 environ, dans le polyptyque d'Irminon. Ce document, rédigé à l'instigation de l'abbé Irminon, était destiné à recenser les biens de labbaye parisienne de St Germain des Prés fondée en 543 par Childebert 1er, fils de Clovis. Mais des incertitudes demeurent à savoir si le Mansionis Villa du polyptyque correspond bien à Maisons-Laffitte. L'inventaire mentionne des cultures céréalières et des vignes. Malgré la présence du fleuve, il semble bien que le village n'ait jamais connu d'activités liées à la pêche. Le village s'est longtemps appelé Maisons-sur–Seine .

 

L'histoire de Maisons-Laffitte se précise vers le Xième siècle. C'est à partir de cette période qu'il est possible de dresser une généalogie des seigneurs de Maisons. Le premier châtelain fut certainement Nivard de Septeuil. Son fils Geoffroy Ier accorda à l'abbaye de St Wrandrille le libre passage devant le port de Maisons vers 1060-1066. Il donna également vers 1087 l'église de Maisons à l'abbaye de Coulombs (proche de Nogent-le-Roi), avec des terres, des vignes, des dîmes et une part du péage.

 

Le village d'alors était réuni autour de l'église, à son emplacement actuel, entourée du cimetière, du presbytère, de l'ancien prieuré et le château situé alors vers les parterres ouest de nos jardins. De là, les maisons s'élevaient autour de la rue principale, devenue l'actuelle rue du Mesnil.

 

Le fief de Maisons-Laffitte reste aux mains des descendants de Nivard de Septeuil , jusqu'à ce qu'il aux mains de deux nièces de Jean II de Gaucourt. La famille d'Avesne conserva ses terres, qui passèrent rapidement à la famille de Marseille. Les Fouilleuse cédèrent leur bien dès 1460 à Jean IV de Longueil, juge au Parlement de Paris. L'unité de la seigneurie sera retrouvée en 1602 lorsque Jean VIII de Longueil rachète la part des Marseille.

 

Le 27 mai et le 24 juin 1944, le pont ferroviaire reliant Maisons-Laffitte à Sartrouville est bombardé à plusieurs reprises par les alliés.

 

WIKIPEDIA

 

 

 

Le château de Maisons

 

Le Château de Maisons, œuvre la plus accomplie et la mieux conservée du grand architecte François Mansart, constitue une illustration parfaite de l’architecture classique française du XVIIème siècle. Premier grand château « ouvert » avec son vestibule central et son escalier à jour, le château de Maisons, construit entre 1640 et 1650 pour René de Longueil, présentait déjà les traits novateurs du château moderne dans lequel se conjuguent les esthétiques classique et baroque. Plusieurs personnages illustres liés à notre histoire nationale ont été les propriétaires de cette magnifique demeure. Ils en ont fait un lieu de repos, de détente, de réception ou de fête. Avec ses écuries monumentales -aujourd’hui disparues-, ses dépendances et ses pavillons de garde, le château de Maisons, installé entre Seine et forêt, devient ainsi la pièce maîtresse du patrimoine mansonnien.

 

Le Parc

 

Le domaine de Maisons conçu par René de Longueil comprenait, outre le Château, d’importantes écuries, égales en beauté à celles de Versailles et de Chantilly ainsi qu’un Parc de plus de 300 hectares.
Jacques Laffitte achète le domaine en 1818. Dès 1833, pour des raisons financières, celui-ci décide de lotir le Parc qui   deviendrait « une ville composée de maisons de campagne ». Soucieux de sauvegarder le caractère résidentiel de son lotissement et un certain nombre de réserves boisées, Jacques Laffitte l’a doté d’un cahier des charges détaillé, toujours en vigueur.
Les premiers acquéreurs ont été des bourgeois parisiens appartenant au monde des affaires et du spectacle. Trente ans plus tard, commence la construction des plus belles écuries d’entraînement de chevaux de courses.
En 150 ans, le « Grand Parc », lieu de villégiature, de luxe et de plaisirs, a accueilli de nombreuses personnalités comme F. Jay-Gould, l’Aga Khan, J.Fath, J. Cocteau…Leur anciennes propriétés constituent aujourd’hui, pour les visiteurs, d’intéressants lieux de mémoire.

 

Site de l'office du tourisme

 

l'entrée du parc

1

 

2

le premier bassin (il y en a 3 en tout)

3

 

5

les anciennes pistes du Château qui font maintenant le bonheur des promeneurs et des joggers

4

 le château

6

7

8

9

10

11

12

et ses jardins

13

14

15

 bien cachée parmis les arbres, la vieille église anglicane

16

et sur le chemin du retour, quelques unes des très belles maisons qui jalonnent le Parc (certaines appartiennent à des gens connus du sport , de la télé ou du showbiz)

17

18

19

20

21

voilà un tout petit bout de cette très belle ville des Yvelines. Il m'en reste encore beaucoup à découvrir car le parc est immense, et il y a aussi les écuries et l'hyppodrome.

L'année prochaine peut être...